International Traditional Budo Federation

International traditional budo federation
082/225 474

Histoire du Karaté

 L'histoire du Karaté

Maître Gishin FUNAKOSHI fondateur du Karaté moderne

Cet Art se propagea par la Chine du sud, puis du nord et enfin par OKINAWA, puisque c'est de cette île que nous parviendra ce que nous appellerons le KARATE MODERNE. Dans chacun de ces pays se pratiquait un style particulier mais dans l'ensemble les styles des pays d'Asie s'orientèrent beaucoup plus vers le côté méditatif du Karate, perdant ainsi beaucoup de sa violence, il devenait avant tout une gymnastique. Dans la province d'OKINAWA, par contre il deviendra de plus en plus un art guerrier.

Il faudra deux interdictions successives de porter des armes sous peine de mort, pour assister à l'essor du KARATE. La première instaurée au XVème siècle par SHO-PASI qui contrôlait l'île à l'époque. La seconde par le Seigneur de SHIMAZU qui venu du sud-ouest du JAPON et qui envahit OKINAWA en 1609.

Les habitants de l'île, par deux fois privés d'armes, s'entraînèrent durement en secret, perfectionnant ainsi leurs méthodes de combat à mains nues. Leur esprit se transforma et devint bien vite celui des autres arts martiaux japonais.VAINCRE OU MOURIR devint leur devise.

Quelques Maîtres de Karaté

Son efficacité et sa violence rendit son enseignement très secret et il ne se transmit qu'à certaines élites (Les Samouraï). Les entraînements étaient très durs, les pieds et les mains devinrent très vite capables de remplacer les armes blanches prohibées avec autant d'efficacité.

En fin du XIXème siècle, le KARATE retrouva, avec la restauration moderne du Japon, un but plus pacifique. Il fut reconnu comme un parfait moyen d'éducation et fut enseigné dans les écoles. L'OKINAWA-TE (style d'okinawa) était ainsi rependu dans l'ensemble du Japon et connut un succès éblouissant.

Parmi les Maîtres formés en vue d'enseigner cet art en dehors d'Okinawa, nous trouvons le nom de GICHIN-FUNAKOSHI. Ce dernier, né en 1869 à Shurai (ville d'Okinawa) fit de nombreuses démonstrations au Japon. En 1922 à TOKIO, il fut prié par le Ministre Japonais de l'Education Nationale d'enseigner son art dans diverses Universités et Collèges Militaires.

Ce fut le début du style SHOTOKAN. Quelques années plus tard, voyant la popularité et le succès du Maître FUNAKOSHI, son ami MABUNI vint s'implanter dans la région de KYOTO et créa le style SHITORYU, un style qui était plus haut et plus puissant. Puis, ce fut l'arrivée du Maître MIYAGI qui enseigna le style GOJURYU. Ces trois styles sont à la base de tous les styles modernes tels que le WADORYU, le KYOKUSHINKAI, etc.

Nous voyons en reprenant son histoire, que le KARATE n'est pas fait d'un seul homme extraordinairement doué mais d'un ensemble de recherches, de mises au point faites à diverses époques, par un grand nombre de générations.

KARATE CONTEMPORAIN

Les recherches d'un grand nombre de générations certes, mais tout de même marquées par des hommes qui firent beaucoup pour son évolution et sa vulgarisation : FUNAKOSHI, MIYAGI et aussi beaucoup d'autres tels que OGUSUKU, YAHIKU, MOTABU et les experts formés par ces maîtres : OBATA, OTSAKA, MATSUMOTO, TAKAGI, etc.

Il faut attendre les années 1950 pour qu'il fasse son apparition en France et en Europe. Mais, ce sera ces dernières années seulement, qu'il deviendra réellement populaire.

Aux Etats-Unis, il est introduit par les troupes de Marc-Arthur après la seconde guerre mondiale. Mais, ce n'est, tout comme en France, que depuis une vingtaine d'années seulement qu'il connaît un véritable essor.

En Europe, depuis quelques années, certains noms de Maîtres Japonais tels que MOCHIZUKI, KAZE, SHIAI, ENOEDA, OSHIMA, MURAKAMI, s'ils sont inconnus d'une partie du grand public, ne sont pas ignorés des BUDOKAS (pratiquants d'arts martiaux). Et, à ces noms, vinrent se joindre des champions que l'on retrouve dans toutes les grandes compétitions et ils contribuent beaucoup à faire connaître l'Art Martial (le karaté) qui est également un sport très complet.

L'ESPRIT ET LE KARATE.

Le corps humain dispose d'un potentiel d'énergie suffisant à la réalisation de performances surprenantes, à condition qu'il soit libéré et utilisé intelligemment. Un des facteurs les plus importants est l'état d'esprit du KARATEKA. Son courage et son endurance déterminent la valeur de sa performance et le conditionnement de chaque geste. Ce que l'on appelle « l'esprit du karaté » est un ensemble d'attitudes mentales qui existent également dans les autres sports de combats sous d'autres appellations et même en ce qui concerne la volonté et la maîtrise de soi dans des activités non sportives.

Malgré les entraînements très réguliers, la progression sera considérablement fermée et même à un certain niveau stoppée, si le karatéka ne parvient pas à faire l'union du corps et de l'esprit. La technique ne peut plus rien signifier, si elle est employée sans l'esprit.